samedi 23 décembre 2017

Poésie Symbolique....Testament Philosophique...

La vertu unit ce que la mort ne peut séparer.


Quand je partirais dans le lointain
éloignée de cette foule d'humains
Je m'en irais sans presque  rien...
ni biens  matériels, ni richesse
mais le coeur plein d'allégresse

Ni vêtements, ni chaussures
Seul l'amour pour unique parure
Celui que j'ai donné ... celui que j'ai reçu

Je laisse tomber l' armure
et je ne dirais plus jamais
Alors que mes paupières se fermaient
Ah mon Dieu....  si  j'avais su....

Conjuguer le verbe être 
uniquement au présent
car nous vivons
et nous mourrons
dans une simple suite d' instants

Passé et futur loin de ma fenêtre

Supprimer le verbe avoir
de mon  petit  rèpertoir

Pas de bijoux qui scintillent
derrière une lentille grossissant
les traits les plus avilliissant

Vulgaires façades de pacotille

Je partirais riche de ce que la vie m'a offert...
Des partages, des fou rires
Des regards ...des sourires

Il n'y a pas d'enfer...

hormis celui que nous construisons
Barreaux de chairs, barreaux de fer

Je pars, je retourne à la maison

J'emporte avec moi
des matins de caresses
des regards de tendresse

 C'est mon coeur, c'est mon âme qui flamboient

J'ai été ..Je suis et je serais

là haut.... dans la voûte étoilée

mercredi 26 avril 2017

Poésie tout simplement ... Et cueillir les étoiles....






Toi le sans-diplôme, le petit ouvrier
travaillant à la chaine comme un forcené
pour simplement gagner ta vie...

Un chemin tout tracé comme on dit...

Des actionnaires trop gourmands l'ont bouleversée
Pour eux, tu n'étais qu'un numéro...trop payé!
Le long fleuve tranquille en torrent s'est mué

Emporté par les événements, la roue tournait...

Tu sombras au fond des abîmes
avec ton amour pour seule bouée

Ton alter ego, ton âme soeur
veillant sur toi dans le malheur
partageant le souffle qui t'anime

Brisé, à ses côtés, tu t'es relevé
Elle croyait en toi plus que tu n'y croyais

Tu as de nouveau repris la route de  la vie
gravis des collines, foulé des sentiers infinis...

Sentant les prémices d'un nouveau départ
par le travail et l'obstination, tu as commencé
à franchir les étapes, gardant tout en mémoire

Restant droit et intègre,
Tu as vu réussir les véreux..
les sans consciences, les malhonnêtes,
les arrivistes, les prétentieux...

Ne voulant pas conjuguer Avoir mais Etre

Cultivant honnêteté et humilité
Tout ceux qui ont réussi ne peuvent pas s'en vanter

Par tes actes, ta bonté
ton savoir faire et ton écoute

Qui pouvait ne pas reconnaître
qu'un grand Homme s'était révélé
De cela, pas de doute

Gravissant des pentes abruptes
La vie t'a rendu au centuple
ce qu'elle t'avait enlevé

Des coups durs ont façonné tes pas
Ce ne sont pas les obstacles qui font grandir
mais la façon dont tu les vois

Ta manière de les franchir...
sans devoir porter ta croix

Réussir n'est pas une mince affaire
Une main tendue est quelquefois nécessaire
Il faut la saisir et ne pas la laisser s'échapper

C'est ton avenir que tu devras forger
et rester Maitre de ton Humanité

Le devoir de fraternité ..... Poésie maçonnique

Toi que j'appelais mon Frère le peu que nous nous rencontrions  Mon accolade était fraternelle, et sincère Mais en to...