jeudi 22 janvier 2015

Poésie...Le poids du monde...




Je porte le poids du monde sur le dos
Je n'en peux plus de cette humanité,
où  le M côtoie le N tel un l'alphabet
obsolète , inscrit au couteau
dans l'écorce... le Chaos dans l'Ordo

Cherchant l'amour, prêchant la haine

La terre vivrait mieux sans l'humain
ne pensant qu'à humilier son prochain

Dieu! Si seulement nous n'étions pas nés!
Trotte dans ma tête comme une vieille rengaine

Pas de guerres pour un territoire ou une religion
Pas de surpopulation pillant la mer,
Pas de pesticides affamant la terre
Pas de pollution
visible ou non,
saturant  l'air,
salissant les ruisseaux, océans et rivières...

Que seul un feu divin pourrait purifier
mettant fin à cette usurpation

Une terre libérée de notre humanité

Un mot dont nous avons perdu le sens 
Oubliant jusqu'à sa profonde essence

Je suis fatiguée de cette ignorance 
volontaire... Elle  mène droit à la décadence

Croyant nous élever vers l'age d or....
Nous chutons dans l'obscurantisme

Nous ne sommes que des dinosaures,
de fossiles prêcheurs du  fanatisme

Au lieu d aller vers la lumière, 
nous préférons rester dans l'ombre

Un dieu quelque part entend t'il ma prière ?
Un animal n'est pas aussi malsain
Pourquoi notre coeur est'il si sombre?

Par plaisir, nous tuons...
Nous torturons,
Nous esclavageons

Nous nous prostituons pour une religion,
du  pouvoir...ou du pognon

Nous n'avons rien de digne

Qu' un déluge s'abatte sur nos tëtes!
Qu'une sécheresse anéantisse  les vignes !

Comme nous sommes bêtes!

Et qu'il n'y ait personne pour nous sauver
pas même un dieu, ou un hypothétique Noé

Une plainte du coeur qui saigne et s'outrage, 
A force de croire aux miracles qui ne sont que mirages

Quand nous sommes au plus mal,
au bord du gouffre, de l'abîme infernal
Penser que l'amour pourrait nous sauver...

Qu'un sentiment de révolte nous unisse, 
Qu'une conscience de fraternité surgisse
Que nous fassions tous bloc
face aux événements passés

Comme un électrochoc...
Nous secouer  et enfin se réveiller

Lasse, je me sens tomber
Puis je me surprend à espérer...
un vague sourire aux lèvres

Et rêver d'une nouvelle ère
Voir les hommes debout...éclairés...

Fiers
Gardant leurs poings levés

tournés vers la lumière





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Poésie tout simplement ... Et cueillir les étoiles....

Toi le sans-diplôme, le petit ouvrier travaillant à la chaine comme un forcené pour simplement gagner ta vie... Un chem...